Le Cévenol, train diesel reliant Clermont Ferrand, Nîmes et Marseille. Randonnées et train grâce à la ligne de chemin de fer aux attraits touristiques exceptionnels.

Les Cévennes en train avec le Cévenol

Les Cévennes en train avec le CévenolOn ne conduit pas, on regarde le paysage. Et on a le temps de marcher.

Comment partir se promener le matin, changer de climat, découvrir des voies nouvelles, revenir chez soi le soir et le tout sans avoir pris le moindre risque sur une route toujours plus meurtrière ? Avec une ligne de chemin de fer aux attraits touristiques exceptionnels, qui fonctionne tous les jours, en pays cévenol.

Les Cévennes en train avec le CévenolMalheureusement pour elle, la ligne Nîmes-Clermont-Ferrand ne bénéficie guère de la mansuétude promotionnelle de la SNCF comme le TGV. Pourtant elle permet aux habitants de Nîmes et Montpellier, amateur de randonnée pacifique, d'effectuer en un aller-retour dans la journée de magnifiques virées jusqu'à 1500 m d'altitude. On a le choix du départ (Montpellier): 6h57 (sauf le dimanche) ou 7h35 (tous les jours, avec changement à Nîmes). On a le choix de la destination : entre autres Génolhac, niché au flanc du Lozère, plus haut encore Villefort et son magnifique plan d'eau entouré des pentes escarpées des Gorges du Chassezac. Et, sommet, La Bastide-Puylaurent (La Bastide St-Laurent-les- Bains), à 1024 mètres d'altitude, à une coudée du triple partage des eaux des bassins de la Loire, du Rhône et de la Garonne, en la personne de l'Allier, du Chassezac et du Lot, qui naissent sur les hauts plateaux voisins.

Les Cévennes en train avec le CévenolParti à 7h35, on arrive sur ces hautes terres qui évoquent la Slovaquie aussi bien que le Massif Central à 10h15. Un peu plus de deux heures et demie de train pour aller respirer dans l'un des plus beaux paysages de la région. Et ces deux heures et demie ne sont pas passées à conduire derrière un poids-lourd. Le nez collé à la vitre de l'autorail, on découvre à chaque tour de roue les subtilités de l'étagement de la végétation méridionale, puis montagnarde. Garrigues nîmoises, puis pinèdes de la vallée du gardon au nord d'Alès, châtaigneraies, de la Grand-Combe à Villefort via Chamborigaud et Génolhac, genêts d'altitude au-delà, avec les petits bois de pins noirs aux troncs noués par les rigueurs de l'hiver et des grands vents.

Les Cévennes en train avec le CévenolDu monde calcaire de la vallée du Gardon, on passe aux schistes des flancs du Mt Lozère pour atteindre les granits de Prévenchères, au large de La Garde-Guérin, pays de pierres levées et de chemins antiques, avec le GR700 Voie Régordane qui reliait Saint-Gilles au Puy en Velay, l'Auvergne des Vierges Noires, et que les ingénieurs du PLM, voici cent-cinquante ans, décidèrent de suivre fidèlement. Le train, par des déclivités atteignant 80 pour mille, se fraie un passage dans un des paysages les plus complexes et les plus difficiles qui soit.

Les Cévennes en train avec le CévenolPour atteindre sa ligne de faîte, juste avant La Bastide Puylaurent, il se faufile le long du Gardon avant d'entamer, à partir de Sainte-Cécile d'Andorge, jadis gare de correspondance avec le petit train à voie métrique qui rejoignait Florac, une véritable partie de cheval d'arçon: gagner de l'altitude en suivant un axe perpendiculaire à celui des vallées descendant du Mont Lozère.

Une succession impressionnante de tunnels et de viaducs se présente au voyageur. Avec deux points forts: le viaduc de Chamborigaud, en courbe, offrant un spectacle garanti sur l'un des plus beaux coins des Cévennes, et le tunnel d'Albespeyre, plus haut, tellement long et pentu qu'il fallait le ventiler aux temps héroïques de la vapeur.

Les Cévennes en train avec le CévenolMais le voyage n'est pas la seule bonne surprise de cette équipée.

Si l'on pousse jusqu'à La Bastide Puylaurent, plusieurs grandes randonnées s'ouvrent aux voyageurs. Pour les plus lents, la trappe de Notre-Dame- des-Neiges, dernières étapes de Charles de Foucault en France avant le désert. Une bonne heure à travers bois et champs.

Pour les plus courageux, les sources de l'Allier, trois heures de marche avec deux itinéraires dont l'un reprend en partie le GR70 Chemin Stevenson, dans les hêtraies, les sapinières, par un gué ou dans de grands herbages d'altitude. On peut aussi aller à la découverte de pierres levées, de la station thermale de St-Laurent-les-Bains ou de l'amorce de la splendide vallée de l'Allier, jusqu'à Luc.

Les Cévennes en train avec le CévenolA La Bastide-Puylaurent existent plusieurs hôtels ainsi que le Gîte d'étape et de séjour L'Etoile tenu par un jeune Belge haut en couleurs, offrant gîte, ouvert de mai à septembre et aussi tous les itinéraires pédestres possibles dans cette magnifique région.

Le retour est possible l'après-midi même, à 15h49, 17h58 et 19h56; avec arrivées à Montpellier à respectivement 18h15, 20h24 ou 23h10. Ce qui laisse, si l'on a pris le train de 7h35 à l'aller, plus de 9 heures et demie à destination. De quoi ajouter à la randonnée un bon déjeuner sur l'herbe.

La construction de la ligne SNCF du train Le Cévenol

La section centrale de Brioude à Alès dans le Gard, région du Languedoc-Roussillon, capitale des Cévennes

Après une enquête d'utilité publique, le décret du 9 avril 1862 prononce la déclaration correspondante et rend la concession définitive. Le P.L.M. ne se fait pas trop d'illusions sur le trafic local de la section nouvelle et n'ignore rien des difficultés techniques des travaux. Mais la section nouvelle va lui procurer la distance tarifaire courte pour le transport des vins du Languedoc vers Paris, distance que le P.L.M. d'une part, le P.O. aidé par le Midi d'autre part, vont se disputer à coups de lignes nouvelles et de raccordements pendant près de 50 ans. Dès 1863/1864, les travaux sont adjugés entre Brioude et Langeac et entre La Levade et Le Luech.

Les Cévennes en train avec le CévenolD'année en année, la situation des travaux s'établit comme suit :

En 1864:

En 1865:

En 1866:

En 1867:

En1868:

En 1870:

Les Cévennes en train avec le CévenolSimultanément, la Compagnie P.L.M. adapte les installations de la section sud, entre La Levade et Alès, jusque là en impasse, pour tenir compte du trafic de transit, il s agit surtout de réfections de voies, de rectifications de tracé et d'agrandissements de gares.
Au 31 décembre 1870, les dépenses de la section de Saint-Germain-des-Fossés à Alès se montent à près de 208 000 000 F soit, en décomptant le Louis d'or à 500 F, 5,2 milliards de nos francs !  En mars 1877, le voyage de Clermont-Ferrand à Nîmes demande 10 heures et 13 minutes en express toutes classes avec conditions d'admission et 12 heures en omnibus. En 1898, deux trains de chaque sens, un omnibus et un express. parcourent toute la ligne (Clermont-Nîmes = 304 km) dans les horaires ci-après :

Les autres trains n'assurent que des dessertes partielles.

En été 1914, avant la tourmente, le service s'est quelque peu étoffé avec 2 express de chaque sens avec les horaires ci-après :

A Clermont-Ferrand (altitude 358 m), la gare se situe en contrebas de la ville mais le parcours dans la plaine de la Limagne permet de faire connaissance rapidement avec le promontoire dominé par les flèches de la cathédrale puis avec le sommet arrondi du Puy-de-Dôme. Aux Martres de Heyre, la ligne rejoint le cours de l'Allier. La rivière est longée, tantôt sur une rive, tantôt sur l'autre jusqu'aux abords d'Arvant. Peu avant l'abandon, tout temporaire, de la rivière. la ligne dessert le bassin houiller de Brassac. Le réseau P.L.M. exploitait; sur ce site, une usine à fabriquer les agglomérés obtenus à l'aide de menus de houille, de goudrons, de brai; livrés sous forme de petits cylindres, ces agglomérés remplaçaient les briquettes, souvent marquées "Aniche", utilisées par les autres réseaux.

Par la vallée d'un affluent de l'Allier, le tracé gagne Arvant où se sépare la ligne de Neussargues - Le Lioran - Aurillac - Capdenac étudiée par le Grand Central. Près de La Roche Fougère, une plate-forme se détache côté ouest; c'est celle d'un raccordement avec la ligne de Brioude à Saint-Flour qui constituait l'un des éléments de la distance de taxation la plus courte pour les vins du Midi sur Paris. La plate-forme attend encore sa voie et celle de la ligne principale qui rejoignait le tracé cévenol à Beaumont - Lauriat est depuis longtemps déposée.

Les Cévennes en train avec le CévenolNous voici à Brioude, qui accueille chaque année le festival du film ferroviaire. La ligne fait un clin d'oeil à l'Allier pour le franchir au viaduc de la Bageasse puis, à Feugières le Pin, s'abouche avec un de ses affluents dont elle remonte le cours jusqu'à la ligne de faîte. Là se situe la gare de bifurcation de Saint-Georges d'Aurac, point de jonction avec la ligne du Puy en Velay en Haut-Loire et de Saint-Etienne dans la Loire.

Depuis Clermont-Ferrand, les déclivités n'ont pas dépassé 10 mm/m. Une pente de 12 mm/m permet maintenant de retrouver l'Allier, franchi au viaduc de Costet (216 m) et que la ligne ne quitte plus jusqu'à La Bastide Puylaurent en Lozère. Nous desservons Langeac (altitude 504 m), autrefois centre logistique pour les trains de la ligne du Puy en Velay. Après Chanteuges, le parcours intéressant commence. La vallée de l'Allier se resserre de plus en plus pour devenir une gorge. De murs de soutènement en tunnels, de tunnels en viaducs sur l'Allier ou sur ses affluents, la ligne gagne tout d'abord Langogne (altitude 911 m) où s'embranche une autre ligne, malheureusement fermée, venant du Puy en Velay. Sur ce parcours, la ligne franchit 8 viaducs importants (dont celui de Chapeauroux) et 49 tunnels !

Les Cévennes en train avec le CévenolDe plus, de Prades Saint Julien à Langogne, aucune route n'emprunte les gorges et seul le rail, dont la rampe maximale est de 15 mm/m permet de découvrir la beauté sauvage de la haute vallée aux parois abruptes et d'apercevoir, au passage, quelques châteaux fort ruinés.

De Langogne à La Bastide Puylaurent (altitude 1 023 m - embranchement pour Mende et Marvejols), le passage se fait moins sévère et la R.N. 106 se partage la vallée avec la ligne et la rivière via Luc. A La Bastide Puylaurent, la neige se rend plus célèbre par les corvées de déblaiement qu'elle impose que par les joies du ski. Nous laissons l'Allier rejoindre sa source et c'est maintenant la descente des Cévennes en passant par Prévenchères. Et quelle descente: du 25 mm/m jusqu'à Villefort (altitude 605 m), 10 mm/m jusqu'à Concoules-Ponteils (583 m) gare desservant 2 bourgs très éloignés et de nouveau 25 mm/m jusqu'à Chamborigaud (329 m). Une petite remontée et un long tunnel suivi d'une pente maximale de 22 mm/m permet de rejoindre la vallée du Gardon à Sainte Cécile d'Andorge (ancien embranchement à voie métrique vers Florac).

Les Cévennes en train avec le CévenolLe versant sud et méditerranéen de la ligne diffère notablement de la partie nord. Ici, pas de gorges; suivre des rivières sinueuses, torrentueuses, au régime très irrégulier s'avérait impraticable. Seul le Chassezac fait exception et encore sur un court parcours. Alors la ligne attaque la montagne par le flanc, traverse les châtaigneraies, se faufile dans la moindre faille et se présente souvent perpendiculairement aux rivières. Résultat: de La Bastide Puylaurent à Sainte Cécile d'Andorge, le voyageur traverse 42 tunnels et franchit de majestueux viaducs: Chassezac près de Prévenchères, Altier à Villefort, Malautière près de Concoules, Luech à Chamborigaud. Le tunnel de l'Albespeyre (1504 m), en déclivité de 25 mm/m entre les gares de Prévenchères et de Villefort, imposait le fonctionnement permanent d'une usine de ventilation.

Les Cévennes en train avec le CévenolCette rapide description n'exclut pas bien sûr un hommage aux bâtisseurs qui ne disposaient que des moyens techniques de style Second Empire.

Nous voici donc dans la vallée du Gardon, assez encaissée, parsemée de quelques tunnels, et en plein bassin houiller dont le centre se trouve à Alès (altitude 135 m). Le service de l'étoile d'Alès, la desserte des mines et celle des industries régionales, notamment chimiques et métallurgiques, ont donné une grande importance à la gare. L'épuisement du bassin houiller a cependant entraîné la contraction des installations.

Les Cévennes en train avec le CévenolNous quittons la vallée du Gardon à Nozières Brignon. La ligne franchit quelques viaducs et remonte légèrement pour traverser les collines qui dominent Nîmes et qui, sur leur face sud, constituent la garrigue nîmoise, très aride. Une pente de 12 mm/m conduit de Mas de Ponge (altitude 147m) aux installations de Courbessac d'où le train refoule pour gagner Nîmes voyageurs.

Cette situation trouve son origine dans des causes historiques. La ligne d'Alès à Beaucaire desservait Nîmes à hauteur des installations actuelles de la gare de marchandises et du dépôt et, lors de la fusion des lignes de la Méditerranée, une nouvelle gare a été construite sur viaduc entre les lignes de Beaucaire et de Montpellier. Certes, il aurait été possible de contourner Nîmes par l'ouest mais au prix de travaux coûteux... Le statu quo a été préféré.

Alors n'hésitez plus. Offrez-vous. carte touristique en mains, un voyage sur la ligne des Cévennes. Vous ne le regretterez pas surtout si vous agrémentez le voyage d'un séjour dans un village bordant la ligne. Vous y trouverez la joie de la vie calme, au grand air et vous découvrirez sûrement le petit coin qui vous permettra de réaliser de superbes photos ferroviaires.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"

Les Cévennes en train avec le CévenolAmélioré au fil des années, le Cévenol, maintenant train animé, relie les bords de la Méditerranée à Paris en suivant, notamment dans les gorges de l'Allier, un tracé qui défie la nature.
Le train porte le nom des montagnes sauvages qu'il traverse, contreforts méridionaux du Massif Central, et contribue à la connaissance des Cévennes par le grand public et sous des aspects inconnus des inconditionnels de la voiture automobile.
De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Avant de décrire sommairement la ligne, voyons les conditions dans lesquelles elle. s'est constituée, rien ne prédisposant, à l'origine, à la création d'une artère nord-sud.

Au début...et au sud, était le charbon

L'extrême sud des Cévennes recèle d'importants gisements houillers qui fournissent un charbon d'excellente qualité. Mais l'exploitation de ces gisements présente de sérieuses difficultés. Les veines charbonneuses se trouvent le plus souvent sur les flancs montagneux de vallées profondes et encaissées. Aux inconvénients résultant du relief s'ajoute le manque d'emplacements plats pour établir les indispensables installations au sol: triage, lavage, stockage, etc. La production se ressent de cette situation et les ventes ne rentabilisent que bien modestement les investissements et les efforts consentis par les financiers et par les exploitants. Qui plus est, le tonnage extrait ne s'écoule que difficilement: au début du XIX'siècle, le réseau routier des zones montagneuses cévenoles est peu dense; parcouru par des charrois dont l'ensemble constitue un tonnage important, son entretien laisse beaucoup à désirer.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Les phénomènes naturels : sécheresse, pluies abondantes, crues, éboulements viennent s'ajouter à la difficulté. Enfin, l'acheminement routier du charbon, qui exige beaucoup de chariots. de chevaux et d'hommes, grève le prix du combustible de frais de transport prohibitifs qui empêchent de soutenir la concurrence des houilles étrangères parvenues par mer dans les ports du littoral.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Les exploitants ne peuvent, bien entendu, modifier le cadre naturel des gisements. Tout au plus peuvent-ils réaliser de coûteux aménagements. Mais ils apprennent que, plus au nord, dans le Forez, d'autres exploitants, placés dans des conditions naturelles voisines, ont eu recours à une invention anglaise, la voie ferrée, pour écouler la production jusqu'aux rives de cours d'eau navigables.

Les gérants des Mines de La Grand'Combe (MM. Talabot, Veaute, Abric et Mourier) suivent l'exemple de leurs devanciers et sollicitent la concession d'une ligne d'Alais à Beaucaire par Nîmes, mettant leurs gisements en communication avec le Rhône et les canaux de navigation. L'Etat impose une adjudication, précédée d'une enquête, et se fondant sur les tarifs de transport. La soumission de MM. Talabot et consorts (0,17 F par t.km à la remonte, 0,10 F par t.km pour les houilles et 0,15 F pour les autres marchandises à la descente) est acceptée et une loi du 29 juin 1833 leur accorde la concession perpétuelle de la ligne prévue à l'origine pour le seul trafic des marchandises. Une ordonnance du 19 octobre 1835 approuve le tracé.

Si le chemin de fer ainsi concédé améliorait la desserte du bassin houiller, il ne l'irriguait pas. Une seconde concession, limitée cette fois à 99 ans, concerne une ligne d'Alais à La Grand'Combe, ouverte au service des voyageurs (0,12 F/km) et des marchandises (0,17 F/t.km à la remonte et 0,15 F à la descente). L'ordonnance du 12 mai 1836 met ainsi le chemin de fer à portée immédiate des puits. En 1839, il en existe 6 dans la montagne de La Grand'Combe, 5 dans celle de l'Abylon, à Trescol, à La Levade, à Champclauson et à Saint-Jean de Valériscle.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Pour l'exécution des travaux ferroviaires, les difficultés ne manquent pas; seule la section de Nîmes à Beaucaire, construite en plaine, est ouverte au trafic le 16 juillet 1839. Elle n'assure au début que le service des voyageurs (500 par jour en moyenne), le trafic des marchandises s'organisant de manière progressive en fin d'année. Il est vraisemblable que la compagnie exécute, dès la fin de 1839, des transports de houille pour compte propre entre la Grand'Combe et Alais. Le transport des voyageurs s'organise à la fin de février 1840. L'inauguration de la section d'Alais à Nîmes intervient le 19 août 1840. Le charbon peut dès lors parvenir au bord du Rhône mais, le 3 novembre 1840, une rupture des digues du fleuve inonde tout le delta, rendant impraticables les débouchés de Beaucaire. Au nord d'Alès, le trafic public s'organise définitivement, selon les statistiques du Ministère des Travaux Publics en janvier 1841, selon les documents du PLM le 25 octobre 1841, jusqu'à La Verrerie (La Grand'Combe) et La Levade (Trescol).

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"En été 1847, il existe 4 trains entre Nîmes et Beaucaire (1",2'et 3' classes) mais seulement 2 avec 4 classes et 2 heures de trajet d'Alais à Nîmes. Entre La Levade et Alais, nous ne trouvons pas trace d'horaires publiés et l'on peut supposer que le transport des ouvriers mineurs et des usagers locaux s'effectuait par trains de marchandises. Jusqu'en 1849, le service voyageurs s'effectue à Alais dans deux gares distinctes pour Nîmes et pour La Levade.

Comme cette exploitation entre La Levade et Beaucaire reste assez peu connue, nous croyons intéressant de donner quelques indications sur le matériel.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Ces chiffres, par leurs variations, témoignent d'une exploitation qui se cherche. Pour la normaliser, il faut faire intervenir des connaisseurs en matière ferroviaire. C'est l'un des objets d'une première fusion : par convention du 19 juin 1852, la Compagnie de Lyon à Avignon rachète les Chemins de fer du Gard moyennant 30 000 obligations 4 % de 1000 F remises par la Compagnie de Lyon à la Méditerranée, remboursables en 99 ans et complétées par des titres supplémentaires en fonction du produit net des différentes lignes rachetées. Une seconde convention, passée le même jour entre le Ministre des Travaux Publics et la Compagnie Lyon Méditerranée. et approuvée par la loi du 8 juillet 1852 autorise la cession avec unification des concessions.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Au Nord, le domaine du Grand Central
Les concessions accordées par l'Etat à la Compagnie du Centre, fusionnée avec le P.O en 1852, s'arrêtent à Clermont-Ferrand. La Compagnie du Grand Central, présidée par le duc de Morny, souhaite relier à ces concessions des lignes ouest est, de Bordeaux à Lyon, et nord-sud, notamment ment entre Clermont-Ferrand et Montauban.

De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Le gouvernement réserve pour l'avenir ces projets trop ambitieux et, par convention du 30 mars 1853 approuvée par décret du 21 avril 1853, limite les concessions, dans la zone qui nous intéresse, à:
- Clermont-Ferrand à Lempdes, accordée à titre définitif
- Saint-Etienne à la ligne de Montauban au Lot, accordée à titre éventuel.

La première ligne nommée, dont les études ont été entreprises antérieurement, est aussitôt attaquée à forfait, à raison de 136 400 F par kilomètre, par M. Julien Lacroix.

Pendant que les travaux suivent leur cours, une convention des 2 février et 2/6 avril 1855, approuvée par décret du 7 avril 1855 et sanctionnée par une loi du 2 mai 1855 rend définitive la concession éventuelle de 1853.
De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Le 2 juillet 1855, les trains du Grand Central circulent entre Clermont-Ferrand et Issoire avec desserte, par un embranchement de 4 km, de la sucrerie de Bourdon administrée par Morny.

Le 3 septembre 1855, ils atteignent Brassac et ses mines, desservies par un embranchement d'un kilomètre. Le 3 mai 1856, ils arrivent à Arvant.

Le Grand Central poursuit par ailleurs les travaux en direction de Brioude au titre de la liaison Bordeaux Lyon. L'entreprise présidée par Morny a trop dispersé ses efforts sur un réseau trop étendu et d'exécution difficile.
De l'Auvergne au Languedoc avec le train "le Cévenol"Victime de la crise financière, le Grand Central doit céder ses concessions en partie au P.L.M. qui vient de se constituer, en partie au P.O. La convention du 11 avril 1857 règle le partage. Le P.L.M. hérite notamment de la ligne de Clermont Ferrand à Brioude, ouverte le 1er mai 1857, et de l'accès à Saint-Etienne. Au delà, vers Saint-Georges d'Aurac, aucun travail n'est encore entrepris.

Le même jour, le Ministère signe avec les représentants du P.L.M. une convention approuvant les traités de partage. Comme un tel accord implique toujours l'acceptation de concessions nouvelles, le P.L.M. reçoit, entre autres lignes, la concession éventuelle d'une ligne de Brioude vers Alès dont le tracé doit être coordonné avec la ligne de Brioude au Puy en Velay (Saint-Etienne).

Le décret du 19 juin 1857 entérine la convention et le P.L.M. prend possession de sa part du Grand Central le 1" juillet 1857. La frontière P.L.M. P.O. est, après bien des péripéties, fixée définitivement.

Horaires SNCF: Horaire SBB, SNCF-Languedoc

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.