Le territoire du parc national des Cévennes n'a pas été jusqu'à présent le théâtre de trop fortes contestations, et cela malgré une politique volontariste en matière de réintroduction.

Préservation de la nature en Cévennes Der Schutz der Natur in den Cevennen Natuurbescherming in de Cévennen

 

Préservation de la nature en Cévennes

Préservation de la nature en Cévennes

Préservation de la nature en CévennesLes derniers vautours fauves avaient été tués dans les années quarante... Trente ans plus tard, une poignée de naturalistes font le pari de réintroduire ces rapaces dans les gorges de la Jonte. En dépit des difficultés naturelles, et de réticences locales, l'opération a réussi. Elle est saluée dans le monde entier. Plus de deux cents vautours planent maintenant aux alentours du Causse Méjean.

Préservation de la nature en CévennesL'histoire de quelques passionnés de la nature.
Au-dessus de la Jonte, les grands voiliers des airs planent avec la patience de l'azur. Portés par l'air chaud. La nature se donne en spectacle en Lozère. Pour le plaisir des promeneurs des gorges, la danse lente des vautours fauves caresse l'éternité. Illusion anthropomorphique et poétique cependant. Car pendant quatre décennies les falaises calcaires ne s'étaient fait l'écho que de l'absence des grands rapaces. Les derniers bouldras avaient été exterminés dans les années quarante, éliminés peu à peu par le plomb des chasseurs ou la strychnine destinée aux renards, aux loups et autres carnassiers. Mais la folie des uns fut refoulée par celle des autres. Tués par les hommes un jour, les oiseaux ont été sauvés par les hommes un autre jour.

Le territoire du parc national des Cévennes n'a donc pas été jusqu'à présent le théâtre de trop fortes contestations, et cela malgré une politique volontariste en matière de réintroduction. Il en serait allé autrement si l'on avait réintroduit le lynx dans la région... La question s'est posée voilà quelques années. Le parc national a refusé de s'engager dans cette voie. Cependant, bon nombre de naturalistes n'excluent pas de voir réapparaître spontanément le lynx et peut-être le loup en Cévennes, dans le Gévaudan où une bête bien trop humaine a terrorisé des générations depuis le XVIIIe siècle. Les félins redoutés ont déjà gagné du terrain dans les Alpes et les loups ont franchi la frontière italienne pour s'installer dans le Mercantour...

Réguler les populations animales
En 1995, cette menace n'est cependant pas le premier sujet de préoccupation des gestionnaires du Parc National des Cévennes qui conviennent aisément que les méthodes de réintroduction se sont affinées et que le suivi scientifique des animaux replacés sur un territoire qui doit leur convenir se fait plus précis.

Pourtant, tout ne va pas pour le mieux dans un monde épargné par ces grands prédateurs. Il faut alors avancer sur un dossier délicat: les dégâts du gibier. Des dégâts causés par des hordes de sangliers et des bandes de cervidés (ces derniers ont été réintroduits par le parc), causant des préjudices graves aux exploitations agricoles et aux peuplements forestiers. Des animaux en parfaite santé et prolifiques, qui se sont multipliés ces dernières années dans certaines contrées des Cévennes, mais aussi dans de nombreuses régions de France. Une progression due à celle du milieu forestier, à la déprise agricole et qui se fait aux dépens du lièvre et de la perdrix.

Des responsables de l'établissement public l'ont écrit dans La Lettre du parc: c'est "une véritable épreuve pour les Cévennes". Ils ont donc décidé d'agir de façon exemplaire en impliquant toutes les parties prenantes dans la résolution de ce problème. Car la colère enfle quand des dizaines de sangliers labourent des parcelles cultivées, détruisent des bancels (terrasses cultivées) ou des béals..., que des chevreuils broutent des plantes protégées ou des essences feuillues utiles à la biodiversité. Agriculteurs, forestiers et protecteurs de la nature ont en effet de quoi alimenter leur rancœur contre des chasseurs qui ne seraient pas capables d'appliquer des plans de chasse et auraient fait du sanglier un "gibier roi" dont on aime garnir le congélateur.

Pour tenter de faire échec à cette surdensité d'animaux en certains endroits, le parc a donc voulu jouer la concertation. L'objectif global des mesures prises a été de "gérer la grande faune en intégrant tous les acteurs et les intérêts concernés". Pour le sanglier par exemple, on a allongé la période de chasse d'un mois, institué les tirs de régulation dans les zones interdites à la chasse - 17 % de la superficie de la zone centrale du parc - pour débusquer les femelles reproductrices, organisé des battues dites administratives, obligé les chasseurs à tenir un carnet de tir...

Préservation de la nature en CévennesPour revenir aux effectifs du début des années quatre-vingt-dix pour le cerf et le chevreuil, il a fallu également réguler les populations. Là encore, on a augmenté les plans de chasse, mis en œuvre des tirs de régulation, mais aussi commencé à mieux suivre l'évolution des populations massif par massif, en mesurant l'impact des cervidés sur la flore. Il s'agit encore de faire prendre un tour à la sylviculture en favorisant la régénération naturelle, en maintenant des fourrés d'herbacées et de ligneux pour gêner l'accès aux plants et augmenter la nourriture des cervidés... Convaincre les forestiers et notamment l'ONF (Office national des forêts) de revoir leurs méthodes n'est pas la chose la plus aisée.

Préservation de la nature en CévennesCette "épreuve" du gibier est pour le parc l'occasion d'affirmer ou de réaffirmer certains principes de son action. L'un des objectifs principaux est bien évidemment de sauvegarder les équilibres écologiques en favorisant l'évolution des milieux, mais sans oublier de tenir compte de la présence de l'homme. Autrement dit, il ne peut y avoir aucune sensiblerie autour de la question de la régulation des animaux.

Cette explosion des populations de sangliers et de cervidés a sans doute compté pour précipiter la décision de faire une "pause" dans la politique de réintroduction d'espèces sauvages. En 1995, le directeur du parc, Guillaume Benoît, affirmait que l'on était à un tournant. "Nous n'avons plus de projet de réintroduction, nous ne remettrons pas de gelinottes dans la nature."

Les derniers animaux réintroduits auront été les grands tétras (six cents individus jusqu'en 1994). Le gestionnaire explique que c'est la fin d'une approche emblématique. "Notre vrai métier est de raisonner en habitats et plus seulement en espèces." Explication: le grand tétras, par exemple, ne peut se satisfaire de n'importe quelle forêt. Et il n'apprécie pas du tout par exemple les hordes de chercheurs de champignons. On ne peut donc songer à le réintroduire si l'on ne peut lui offrir un milieu qui lui convienne.

Le successeur de Guillaume Benoît, Gérard Moulinas, installé en février 1998, ne devrait pas revenir sur cette option, fidèle au concept européen de Natura 2000.

Il faut en être enfin convaincu; sous nos latitudes il n'existe plus et ne peut plus exister de lambeau de nature vierge. Serait-ce même le cas dans une réserve intégrale de quelques hectares ? Dans un parc national à la française ou dans un espace protégé, le chemin des animaux que l'on voudrait sauvages croise toujours à un moment donné celui des hommes. Pour le pire ou le meilleur, comme le prouve le destin d'une colonie de vautours fauves... "Le Parc National des Cévennes", Louisette Gouverne, Nathalie Locoste, Actes Sud Edition, Acheter le livre  Préservation de la nature en Cévennes

 

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Copyright © cevennes.free.fr Tous droits réservés