Mont Aigoual, de watertoren van Cevennen Mont Aigoual, der Wasserberg von der Cevennen Mont Aigoual, le château d'eau des Cévennes

Mont Aigoual, le château d'eau des Cévennes

Mont Aigoual, le château d'eau des CévennesEn dépit de son altitude modérée (1 567 mètres) et de sa situation méridionale à 70 kilomètres de la côte du Languedoc, l'Aigoual reste la montagne des vents, du brouillard, de la neige et des pluies, et les précipitations violentes venues de la Méditerranée font naître des torrents qui eux-mêmes entaillent la pente. La montagne capricieuse et si familière des "batailles célestes" abrite d'ailleurs la dernière station météorologique de montagne de notre pays. Une station qui doit cependant sa survie à l'entêtement de son patron, Jean Boulet, un enfant du pays, parpaillot et fier de l'être. La station propose aussi aux visiteurs une exposition sur la météo.

Le Mt Aigoual est une imposante masse granitique recouverte de schistes sur lesquels poussent mieux les arbres, tandis que le sol du plateau du Lingas avoisinant est seulement granitique. Le Mont Aigoual, royaume des ouragans, qui engendre ruisseaux et rivières, est aussi devenu durant ce siècle une montagne forestière.

Mont Aigoual, le château d'eau des CévennesIl faut cependant se souvenir qu'au milieu du XIXe siècle, après une exploitation intensive des massifs forestiers, le Mt Aigoual était totalement dévasté par l'érosion. Le reboisement massif entrepris ensuite par l'administration des Eaux et Forêts a cependant chassé l'élevage et l'agriculture.

Aujourd'hui encore, l'exploitation du bois et le tourisme (avec le ski) sont restés les ressources essentielles de cette contrée. Il n'a pas été possible de freiner le développement du domaine skiable, resté cependant modeste, au grand dam des protecteurs de la nature. Depuis dix mille ans, sur le Mont Aigoual se sont succédé les bouleaux et les pins, puis les chênes à feuillage caduc, ensuite les hêtres, les rois du Mt Aigoual, et les sapins avant que les graminées ne trahissent la présence de l'homme et de pâturages.

Mont Aigoual, le château d'eau des CévennesLa vaste opération de reboisement entreprise voilà près d'un siècle a fait apparaître les pins à crochets, les pins noirs d'Autriche et les pins sylvestres, mais aussi des épicéas et des mélèzes, tandis que les derniers taillis de hêtres ont été entretenus. A l'heure actuelle, l'essentiel de cette forêt est productif et exploité par l'ONF. Les visiteurs peuvent s'exercer à identifier les différentes essences en se rendant dans les arboretums de Saint-Sauveur-des-Pourcils (Camprieu), de la Foux, de l'Hort-de-Dieu (Valleraugue) et de Cazebonne (Alzon).

Le milieu forestier, surtout quand il est fait d'un mélange d'essences feuillues et résineuses, abrite maintes espèces animales. On peut observer par exemple la buse variable, l'autour des palombes, le pigeon ramier ou le rouge-gorge. Certains migrateurs comme le circaète et la bondrée apivore y nichent. La hêtraie est un refuge pour le lièvre, le renard, la martre ou le sanglier. On y retrouve aussi maints passereaux, des pics épeiches, des pics noirs... En revanche, les espaces reboisés notamment en résineux - des milieux homogènes et denses - sont restés assez pauvres. C'est cependant ce couvert forestier qui a permis le retour d'une grande faune: sangliers, cerfs et chevreuils. Pour le plus grand plaisir des chasseurs qui sont de plus en plus associés à la gestion de leurs populations, afin de les contenir dans des proportions supportables pour le milieu et les activités agricoles ou même forestières.

Mont Aigoual, le château d'eau des CévennesSur le massif de du Mont Aigoual notamment, on retrouve ainsi le cerf élaphe, absent depuis près de deux cents ans, qui a été réintroduit par les forestiers dès 1955. Les premiers grands cerfs "rouges" se sont fixés au-dessus de Meyrueis.

Aujourd'hui, près de deux cents individus vivent essentiellement sur les versants nord et ouest du Mt Aigoual. D'autres, parmi lesquels on compte les plus beaux de France, ont trouvé refuge sur le Mont Lozère et le Bougés, dans les hautes vallées des Gardons et non loin de Barre-des-Cévennes. Hormis la période du brame en septembre-octobre, événement toujours spectaculaire, il faut avoir beaucoup de chance pour surprendre ces animaux, même en se levant très tôt le matin, Mont Aigoual, le château d'eau des Cévennesau printemps, au détour d'une sente forestière...

Les amateurs de mouflons devront aussi faire preuve de patience, à l'aube ou tard le soir, postés sur un point dominant. Ces discrets animaux sauvages au pelage fauve ont été introduits avant la création du parc par les chasseurs du Gard. Ils ont trouvé sur le versant sud du Mont Aigoual, souvent délaissé par le pâturage, de quoi assurer leur subsistance, et on peut les observer à l'ouest de Valleraugue.

Sur les versants méridionaux du Mt Aigoual, l'activité pastorale a toutefois pu se maintenir dans quelques vallées. Dans ces milieux ouverts, une poignée d'éleveurs (sur le Lingas) pratiquent encore la transhumance, un mode de vie en voie de disparition. Les randonneurs peuvent retrouver deux grandes voies de transhumance qui traversent le massif de l'Aigoual.

Une draille monte de Pont-d'Hérault vers l'Espérou et Meyrueis, pour partie le long du GR6. Depuis le Moyen Age, elle traversait le Causse de Sauveterre pour gagner les plateaux de l'Aubrac. A partir de Saint-Hippolyte-du-Fort, en joignant Bonperrier, Aire de Côte, le col Salidès puis du Marquairès, la Can de l'Hospitalet, Florac..., la seconde draille retrouve le tracé du GR67.

En empruntant ces chemins qui autrefois ne voyaient pas que des troupeaux mais aussi les paysans qui se rendaient sur les marchés et les foires, les colporteurs ou les pèlerins, on peut découvrir un milieu totalement différent de celui de la montagne des vents, un paysage fait tantôt de landes, de chênaies ou de châtaigneraies. "Le Parc National des Cévennes", Louisette Gouverne, Nathalie Locoste, Actes Sud Edition, Acheter le livre  Mont Aigoual, le château d'eau des Cévennes

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.